Un “+” vient d’apparaître sur votre test de grossesse ? Souriez, vous avez de grandes chances d’être enceinte. Avant de le crier sous tous les toits, assurez-vous tout de même que ce résultat est le bon. Pour cela, rendez-vous chez votre médecin traitant ou bien dans un laboratoire pour faire une prise de sang afin de confirmer votre grossesse. Les résultats sanguins le confirment, vous êtes enceinte ? Attendez-vous à faire encore de nombreuses prises de sang tout au long de votre grossesse.

Les prises de sang à réaliser au tout début de la grossesse

La première prise de sang va donc vous permettre de savoir si vous êtes enceinte ou non. Une fois qu’elle est officielle, nous espérons pour vous que vous n’avez pas peur des aiguilles car vous allez devoir faire plusieurs prises de sang pendant ces neuf mois.

La première étape est de réaliser un bilan sanguin. Il est important de connaître le groupe sanguin de la mère afin de savoir si elle est de rhésus négatif ou positif. S’il est négatif, des examens vont devoir se rajouter à la liste. Lors de ce bilan sanguin, plusieurs pathologies sont ciblées pour détecter si elles sont présentes dans le sang, si vous êtes immunisée ou non : la syphilis, la toxoplasmose et la rubéole. Ensuite il est possible aussi de rechercher la sérologie de l’hépatite B ou du SIDA si la mère souhaite être rassurée à ce sujet. Avec des antécédents de diabète au sein de la famille, des tests pourront être ajoutés.

Une future maman anémique ou bien suivant un régime alimentaire particulier va pouvoir à l’aide de ce bilan sanguin, découvrir si elle souffre de carences. Pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie, vous pouvez réaliser votre bilan dans un hôpital ou dans le laboratoire le plus proche de chez vous.

Que faire en cas de mauvais résultats ?

Quelques jours après votre prise de sang, vous allez donc recevoir votre bilan sanguin. Les résultats peuvent être mitigés. Si c’est le cas, adressez-vous directement à votre médecin traitant pour qu’il vous les explique et surtout, pour qu’il vous indique qu’elles sont les solutions à mettre en place afin que votre grossesse se passe au mieux.

Une future maman non immunisée contre la rubéole va devoir se soumettre à des prises de sang régulièrement jusqu’au 4e mois de grossesse. Pourquoi ? Pour prévenir d’une éventuelle fausse couche ou de malformations congénitales. Une non-immunisation à cette maladie engendre un taux plus élevé de risque pouvant entrainer la perte ou la malformation du fœtus.

Une femme enceinte n’ayant pas d’immunité face à la toxoplasmose doit, quant à elle, adopter des règles d’hygiène strictes. En plus de ces nouvelles habitudes, elle va devoir se rendre au laboratoire effectuer un bilan sanguin tous les mois jusqu’à la fin de la grossesse.

Les examens à réaliser sur une future maman de groupe sanguin négatif

Si papa est de rhésus positif et maman de rhésus négatif, le test “génotypage du rhésus fœtal” sera à faire. En récupérant l’ADN fœtal circulant dans le sang de la mère, les analyses vont pouvoir être faites. En faisant plusieurs prises de sang et en suivant un traitement en particulier, ce que l’on appelle les agglutinines irrégulières ne seront qu’un mauvais souvenir et surtout, n’impacteront pas la santé de maman et de bébé.

Faire une prise de sang afin de dépister la trisomie 21

La trisomie 21 ou le syndrome de Down est une anomalie génétique provoquée par la présence d’un chromosome 21 supplémentaire dans les cellules de l’enfant. Les personnes atteintes de trisomie 21 ont certaines particularités physiques communes et peuvent avoir des déficiences intellectuelles et un retard du développement psychomoteur.

Entre la 11ᵉ semaine d’aménorrhée et la 13ᵉ semaine plus 6 jours, un dépistage dit combiné de la trisomie 21 sera proposé. Plusieurs facteurs sont à prendre en compte pour bien analyser les résultats : les marqueurs repérés dans la prise de sang, la clarté nucale mesurée par échographie et l’âge de la mère. Si le résultat obtenu est au-dessus de 1/250, il peut être considéré comme élevé. Dans ce cas, une biopsie de trophoblaste ou bien une amniocentèse seront proposées aux futurs parents. Ces deux prélèvements permettent de déterminer avec certitude si l’enfant qui va naître est trisomique ou non.

Les prises de sang obligatoires au deuxième trimestre de la grossesse

En réalité, aucune de ces prises de sang sont obligatoires, il est toutefois fortement recommandé de les réaliser afin de s’assurer que la future maman et le bébé sont en bonne santé tout au long des 9 mois de gestation. Au cours du 2ᵉ trimestre, une prise de sang sera donc prescrite pour détecter la présence ou non d’un diabète gestationnel.

Les femmes déjà maman et ayant accouché d’un bébé de plus de 4 kilos, sont exposées à ce diabète en particulier, ainsi que les femmes en surpoids ou ayant du diabète dans la famille proche. Le diabète gestationnel va entraîner un trouble de la régulation du glucose et un excès de sucre dans le sang de la mère. Ces effets peuvent avoir un impact sur le poids du bébé, et surtout le bébé a un risque de naître avec un diabète de type 2. La grossesse peut alors être nommée à risque car un accouchement prématuré est possible, ou une pré-éclampsie.

Des prises de sang sont-elles à prévoir à la fin de la grossesse ?

C’est la dernière ligne droite, dans quelques semaines vous allez rencontrer votre enfant et découvrir son visage. En attendant, des prises de sang peuvent encore être utiles, seulement pour les mamans de rhésus négatif. La recherche d’agglutinines irrégulières est toujours d’actualité et le sera jusque l’accouchement.

En parallèle, un rendez-vous de pré-anesthésie devra être pris. Vous ne pouvez pas passer au travers, même si vous ne souhaitez pas avoir de péridurale le jour-j. Un dernier bilan sanguin pourra être demandé. Celui-ci sera réalisé pour permettre de détecter d’éventuels soucis de coagulation avant le grand moment.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici